EN 2060, TON PETIT-FILS ÉTUDIERA NONAME, SACHE-LE.

Fatimah Warner aka NONAME grandit à Bronzeville (quartier de Chicago, Illinois). Poétesse dans l’âme, elle beigne dans le blues et s’inspire d’artistes tels que Buddy Guy ou Howlin’Wolf. Adolescente, elle exprime son art au Youmedia Projet (à la Harold Washington Library) : un espace associatif et créatif pour les jeunes, une sorte de MJC, où elle y rencontre une flopée d’artiste de talent dont le jeune Chance The Rapper. Sa passion pour la poésie la guide vers de multiples scènes ouvertes et concours de slam.

 

Peu à peu, elle se fait un nom sur la scène artistique de Chicago, notamment grâce à sa troisième place au concours annuel Louder Than a Bomb. En 2013, Chance The Rapper l’invite à collaborer sur sa mixtape « Acid Rap » avec le titre « Lost« . Fatimah a désormais un pied dans le rap jeu et annonce la préparation d’un projet solo. L’année qui suit, elle apparaît sur de nombreux projets, comme la mixtape « The Waters » de Mick Jenkins, avec le titre « Comfortable« , la mixtape « Write Brain' » de l’artiste indépendant Wonderkind’s, ou encore sur plusieurs titres de l’album « Late night special » de Kirk Knight’s.

 

NONAME dévoile sa première mixtape « Telephone » le 31 juillet 2016 qu’elle avait annoncé 3 ans auparavant. 10 titres recherchés et travaillés, sur lesquelles on ressent plus que jamais ses influences, sa vie. Ses textes imagés, forcément poétiques font sens dès la première écoute. Des prods bien choisis, des collaborations de qualité sans être nécessairement très connus, l’équipe Artichaut Records qualifiera cet EP de pure et authentique. Noname : artiste à suivre de très près ces prochaines années. Ça donne envie d’aller faire un tour à Chicago tout ça…

 

Partager cet article :