Le son d’après est meilleur que le précédent

Après sa collaboration sur la mixtape de Deezer « La Relève », sa collaboration dans le fameux groupe 667, Lala &Ce s’est lancée seule et a sorti aujourd’hui son EP complet « Le son d’après » sur les plateformes.

L’album ne compte pas moins de 12 titres, intro « Early Bird » comprise. Et pour la plupart en feat avec des noms connus du rap tels que Rétro x, Jordee, et bien d’autres.

On y retrouve très clairement le style que s’est forgé la rappeuse au sein de 667, mais aussi leurs influences musicales et textuelles. Cependant, la palette de Lala &Ce est très vaste et au fur et à mesure de la découverte des sons, on ne peut que prendre conscience de la diversité de son rap. La preuve en image.

Entre instru dansante, influence US et son texte chantant, « Wet (Dipprin’) » démontre l’étendue des capacités de la rappeuse.

Mais ce n’est pas le seul. Tous les textes ont une orientation particulière qui construit un album varié et qui nous mène de surprise en surprise. Entre les sons plus traditionnels comme « Mémoire », « Cell Off » ou « Touch », les sons où on ressent une grande influence américaine tels que « SuperSweet16 », « Serena (Botcho) », « Amen » ou « Emzolyn », ou encore les titres qui donneraient aux plus sages d’entre nous envie de twerker grâce à des rythmes toujours plus entrainants dans le style de « Jamaican n’ Something Else », « Coulée » et surtout le petit bijou de cet album « Tous les jours », les auditeurs sont servis. Dans cet album Lala &Ce réalise une performance intéressante car elle arrive à satisfaire à peu près tous les goûts en proposant des textes, des instrus et de façon plus générale des titres qui naviguent entre les plusieurs déclinaisons du rap.

 

Il est évident qu’aucun son ne rentre dans une case bien distincte. Nous ne parlons ici que d’orientation entre les genres – du rap, car il est indéniable que ce sont les mixes entre les influences de la rappeuse qui font la richesse de son album.

Le tout renforcé par son timbre de voix particulier et toujours aussi surprenant « Le son d’après » ou « LSDA » est à écouter et réécouter sur vos plateformes de streaming audio avec plaisir.

Vous pouvez également la retrouver prochainement à La Gaieté Lyrique à Paris à l’occasion du festival des cultures queer. 

Partager cet article :