LUTÈCE : SALVATEUR VOYAGE INTÉRIEUR

Dans la continuité de LOAS et Eddie Woogie (dont on parlait déjà ici et ici), mais différent formellement, Lutèce, duo composé de Marty et Ian Vandooren, chante les affres du questionnement intérieur inhérent aux post-adolescents paumés que nous sommes.

 

Même si leur nom évoquerait plutôt une appartenance à la capitale, les deux malins sont en réalité lyonnais (du coup je comprends pas trop pourquoi ils ne se sont pas nommés Lugdunum, mais bon, ils devaient avoir leurs raisons). Ils entretiennent d’ailleurs des liens avec 667, le crew de Jorrdee et Freeze Corleone, originaires de la même ville. Cette connexion se symbolise également par une collaboration avecKing Doudou, qui a produit pas mal de sons pour Jorrdee (mais aussi pour PNL).

 

Le résultat de leur collaboration est un joli EP 5 titres (avec une superbe cover), Lapse, sorti en novembre dernier. En 5 titres Lutèce nous plonge dans les méandres de leurs esprits, dans un langage parfois cryptique, usant de métaphores finement senties, comme par exemple sur le titre Planète, évoquant l’isolement par rapport aux autres, ou sur le titre BPM, qui raconte un sacré bad trip (personnellement je verrai bien ce son pour accompagner la scène d’overdose dans Trainspotting, tant les images utilisées dans le texte sont évocatrice, quasi cinématographique).

 

Cette introspection est mise en valeur par de superbes productions aériennes, amenant un flow très lent, parfois un peu bafouillé, tendance codéine, qui sert le propos général porté par les textes. Les effets de voix, avec la saturation, et l’utilisation massive des échos et voix additionnelles (qui rappellent égalementPNL) offrent une sensation claustrophobique, comme un esprit coincé dans un corps trop étroit.Plutôt qu’aller voir un psy, pose toi dans un canap’, roule un blaze, regarde la fumée s’élever en laissant ton cerveau planer dans cette ambiance envoûtante.

 

Partager cet article :