PLK AFFINE SON STYLE

Membre du collectif parisien Panama BendePLK (signifiant Polak) en est l’un des plus prometteurs. Son style ?Un phrasé tranchant, des textes crus : PLK ne passe pas par quatre chemins. Depuis 6 mois environ, on observe une belle progression chez ce rappeur du 92. PLK semble prendre sa carrière en main et l’année 2017 lui donnera raisonArtichaut Records le prédit.

Mode lancée par la Sexion d’Assaut en 2007-2008, les collectifs nombreux fleurissent sous ce modèle dans Paris intra-muros jusqu’à aujourd’hui. Une manière de suivre le mouvement pour certain, une stratégie à part entière pour d’autres. L’intérêt en termes de communication est simple : c’est une façon desublimer les projets solos ou en groupes des acteurs du même collectif. Une vérification est possible en faisant le parallèle entre le 3e Prototype (Sexion d’assaut) et 1995 (L’entourage) ou encore La Confrérie(Panama Bende – dont fait partie PLK). Ces rappeurs multiplient les projets avec un collectif, un groupe et en solo, ce qui boost leur exposition, et varie les styles en fonction des différents projets. On remarque que l’entraide est de mise pour percer dans un milieu sur-productif comme le hip-hop en France.

La force de ce collectif a toujours été la jeunesse et cette visible soif de vaincre. Et ça marche, le Panama et le polonais ont rapidement pris une longueur d’avance dans le jeu. PLK nous l’exprime dans ces deux punchlines, en étant concis comme sait le faire : line tranchante et saccadée en ouverture du son « AVÉ » : « à 17 ans au Bataclan, toi tu rappais devant ta sœur » ou encore celle dans le son « Gitanierie » : « à 15 ans j’étais déjà sur Skyrock ». Une façon de pointer clairement du doigt son avance dans la course au succès. De 2013 à 2015 les observateurs misent principalement sur Aladin 135 et Ormaz : deux rappeurs qui ont rapidement su se démarquer par leurs flow singuliers mais le prochain à éclore semble être le polak. En février 2015, PLK avait sorti son premier EP « Peur de me tromper » (toujours disponible en téléchargement gratuit ici). Un bon produit validé par les auditeurs. Le Polonais n’a jamais eu peur de s’essayer à plusieurs styles et thématiques : du story telling (avec le son Dylan) à l’ego-trip pur et dur, il a su sortir de sa zone de confort le faisant ainsi progresser de façon fulgurante l’année suivante.

Après cet EP, on retrouve PLK sur les différents projets du Panama et de La Confrérie que ce soit en live ou digital. Le succès pointe clairement le bout de son nez, les vues augmentent, PLK trouve son public et dispose aujourd’hui d’une grosse fan base. Le 27 novembre 2016, le polak sort son deuxième EP « Dedans ». (Disponible en téléchargement ici). Sur les réseaux, il lâche 3 extraits ; une façon d’y aller crescendo passant de « Plata o plomo », « Juste un petit peu » (sur face B de Kendrick Lamar) jusqu’au clip « Skuu » avec KrisyUn track qui marque singulièrement la progression du boug en tout point : clip, esprit, texte, style, punch, le tout en gardant sa principale qualité : des enchainements concis, nets, tranchants. Le polak perd également une dizaine de kilo, un détail remarquable et caractéristique de sa détermination à tout nettoyer dans le jeu. Cet EP garantit une suite sérieuse, le travail de PLK se précise et s’affine. Il récoltera forcément les fruits de l’énergie qu’il y consacre. Restez aux aguets.

 

 

Partager cet article :